Initialement inspirée par les travaux d’Eugenio Barba, la Compagnie Atelier de l’Orage a développé au fil des ans, un langage scénique original qui mêle en un subtil équilibre : Théâtre et Conte, Musique et Chant, Masque et Marionnette selon les spectacles et les besoins de la dramaturgie.

S’inscrivant délibérément dans le champ d’un théâtre « éducatif et citoyen », la compagnie puise le plus souvent son inspiration dans le large fond des contes et musiques du monde, convaincue qu’en ces périodes troubles de montées des communautarismes et de repli sur soi, la culture en général et le théâtre en particulier sont outils de tolérance et de compréhension mutuelle.

Après  Wakan Tanka, d’après un conte amérindien ; Le Dibbouk d’après la pièce de Shlomo An-ski ; Hashigakari, création collective autour du Japon, deux spectacles sont actuellement à son répertoire : Ô Baobab, contes et musiques d’Afrique et Namasté, contes et musiques des Sages de l’Inde.
Deux spectacles comme autant d’invitations au voyage, à la rencontre de l’autre et de ses différences.

Techniquement autonomes, ils peuvent être joués dans les théâtres mais également en décentralisation, dans des salles non-équipées… à la rencontre des publics.